Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2014

De l'abîme à la Divine Ténèbre

Saltzmann, Salzmann, martinisme, saint-martinisme, société des indépendants, metz, maurice Zundel, notre dame de la sagesse, stabat mater, divine ténèbre« Dans la connaissance surnaturelle la lumière vient d'en haut, infusée en nous par l'Esprit qui scrute les profondeurs de Dieu. Ce n'est donc plus à nous d'en régler le mouvement. Si nous le pouvions d'ailleurs, elle ne nous servirait de rien. Il nous faudra donc passer de l'anthropomorphisme au théomorphisme, du mode humain de connaître au mode divin. Cela ne pourra s'accomplir que par l'initiative de Dieu, dans les étapes crucifiantes des nuits où l'homme est peu à peu séparé de lui-même, jusqu'à ce que soit consommée son identification avec le Christ. Saint Jean de la Croix et Sainte Thérèse ont exprimé, dans un langage aussi précis qu'il est magnifique, le déroulement normal de l'expérience mystique. Ils ont dit cette lumière trop intense qui exile l'être de soi-même en le rendant étranger à sa sensibilité, à son esprit et à Dieu même, tel du moins qu'Il était connu jusqu'alors.

saltzmann,salzmann,martinisme,saint-martinisme,société des indépendants,metz,maurice zundel,notre dame de la sagesse,stabat mater,divine ténèbreIls ont décrit cette suspension au-dessus de l'abîme, cet isolement impossible à combler, ce sentiment brûlant d'indignité, ces ténèbres inexorables, cet anéantissement dont l'horreur défie toute l'expression, qui semble disloquer l'âme dans un épouvantable anathème. Ils ont retracé les extases qui semblent l'arracher à son corps, les clartés soudaines qui la plongent dans une lumière infinie, la joie si violente qu'elle ferait mourir si Dieu n'en prévenait l'effet. Cette initiation n'est sans doute pas accompagnée, chez toutes les âmes qui s'abandonnent à l'étreinte divine, de tous les phénomènes et de toutes les faveurs, dont il est question dans Le Château intérieur. Beaucoup ne subissent de ces mystérieuses visitations que l'action tout intérieure qui en préserve le secret, sans discerner nettement d'ailleurs les paliers qu'elles franchissent dans l'obscurité qui leur dérobe la vue d'elles-mêmes. Mais toutes doivent mourir avec une implacable rigueur à l'esprit de possession qui les rive à elles-mêmes pour être, en esprit de pauvreté, tout appropriés à Dieu.
Quand le don est consommé et que tout l'être est entièrement assoupli au mode divin de l'union transformante, le corps est si parfaitement intérieur à l'âme et l'âme à Dieu que le contemplation ne gène plus aucune opération. »

Maurice Zundel, Notre Dame de la Sagesse, éditions du Cerf, 1950, « Stabat Mater ».

Les commentaires sont fermés.