Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2014

De l'âme noble et du corps malodorant

33.jpg« Dieu a déposé l'âme noble créée à Son image dans le tonneau laid et malodorant qu'est le corps ; Il a donné vie au corps pour le faire devenir un homme. Or, quand un homme reçoit la faculté de discerner, de distinguer le bien du mal, son corps tient de l'âme noble sa connaissance et son libre-arbitre. Tu sais bien que lorsque cette âme noble quitte le tonneau malodorant qu'est son corps pourri, il n'y a rien de plus méprisable que le fût puant d'un corps en putréfaction.

Or, par sa noblesse, l'âme à le pouvoir de discerner ce qui est au dessus d'elle et elle conseille le corps qui lui obéit. Il est juste que le moindre suive le plus grand et lui obéisse, et que le meilleur surpasse le pire. Voici ce qui advient bien rarement dans les temps présents, à savoir que le fût malodorant du corps obéisse à l'âme noble. Je le dis, l'âme noble est forcée par le corps d'obéir à ce tonneau pourri, laid et puant et elle prend l'odeur nauséabonde du corps, jusqu'au jour du jugement dernier. A présent, comprends pourquoi Je dis que la plupart des hommes sentent mauvais comme une futaille. J'ajoute que de nos jours un tout petit nombre contraint ce tonneau puant à devenir propre et net, à prendre l'odeur de l'âme noble.

Voilà la condition actuelle des hommes. Je te le dis : Dieu a commandé que le corps périssable et malodorant soit soumis à l'âme noble jusqu'à la mort, à condition que l'homme le veuille de par sa libre volonté. En ces temps effroyables, très peu d'hommes le savent. »

Rulman Merswin, Le Livre des neufs rochers, « Du mariage », Arfuyen, 2011.

Les commentaires sont fermés.