Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2014

Aspiration à la mort

971fa1473315b60a6fb4700faaf955734.jpg« Vers le bas au sein de la terre,
La rage des douleurs et leur violence
Sont signe d'heureux départ.
Bien vite sur l'étroite nacelle
Nous parvenons aux rivages des cieux.
Louons la Nuit éternelle,

Louons l'éternel Sommeil.
Le jour nous a épuisés de chaleur
Et flétris la longueur du tourment.
Le plaisir du voyage nous a quittés,
Nous voulons rentrer chez le Père, à la maison.

Que nous servent en ce monde
Notre amour et notre foi!
L'Ancien est laissé pour compte,
Que nous sert désormais le Nouveau!
O! il reste seul et dans un trouble profond
Celui qui aime le passé avec chaleur et foi!

Passé où les sens lumineux
Se consumaient en hautes flammes,
Les hommes reconnaissaient encore
La main du Père et son visage.
Et parmi ces hauts esprits, avec simplicité,
Maint encore ressemblait à son modèle.

Passé où encore dans leur fleur
Les races antiques resplendissaient,
Et pour le royaume des cieux, des enfants
Recherchaient la torture et la mort.
Et quand l'appelaient aussi le plaisir et la vie,
Maint cœur pourtant se brisait d'amour.

Passé où dans le feu de la jeunesse
Dieu lui-même se révélait,
Et vouait sa douce vie
Par Amour, à une fin précoce.
Et il n'écarta de lui ni angoisse ni douleur
Afin de nous demeurer cher.

Avec une angoissante nostalgie nous voyons5a37eb74b9d0dda08c2b17805f7bb3392.jpg
Le passé enveloppé de sombre Nuit,
Dans ce temps éphémère jamais
La soif brûlante n'est apaisée.
Nous devons revenir au pays
Pour revoir ce temps sacré.

Qu'est-ce qui retarde encore notre retour?
Les Mieux-Aimés reposent depuis longtemps déjà.
Leur tombe borne le cours de notre vie :
Nous n'avons plus rien à chercher –
Le cœur en a assez – le Monde est vide.

Infinis et mystérieux
Nous traversent de doux frissons –
Il me semble que des profonds lointains,
Un écho réponde à notre deuil.
Les Aimés tendent aussi avec force vers nous
Et nous ont envoyé ce souffle de nostalgie.

Vers le bas, vers la douce Fiancée,
Vers Jésus, le Bien-Aimé –
Confiance, le crépuscule du soir nimbe
Ceux qui aiment avec douleur.
Un rêve brise nos liens
Et nous plonge au sein du Père. »


Novalis, Hymnes à la Nuit, « Aspiration à la mort »

Les commentaires sont fermés.